Si j’étais …

Un Homme Amoureux

A toi, l’Homme Amoureux que je ne serai pas dans cette vie en tout cas

Quand je t’ai vu pour la première fois, c’était magique. Du premier regard et j’ai su que c’est toi que je cherchais depuis si longtemps sans le savoir. A cet instant, j’ai su que tu serais celle qui m’accompagnerait pour le reste de ma vie. Quand ton regard a croisé le mien j’ai senti au plus profond de moi que tu avais transpercé mon âme. Le cobalt de tes yeux a fait exploser la muraille que j’ai mis tant de temps à construire autour de mon coeur. Je ne comprends pas ce qui m’arrive. Est-ce possible ? Est-ce cela le coup de foudre ? Quand je te vois marcher, percher sur tes hauts talons je te vois telle une danseuse faisant ses exercices de pointes. Tes jambes semblent si longues et interminables. Ta démarche féline me laisse imaginer deux panthères à tes côtés. Tu as cette allure de reine telle Cléopâtre déambulant avec ses fauves. Tu es magnifique.

Tu es tout ce que je ne vois pas en moi.

Tu es belle. J’aime me noyer dans l’océan de tes yeux. J’aime quand ton regard se pose sur le mien. Je me sens comme un petit garçon pris en flagrant délit d’avoir mis ses doigts dans le pot de chocolat. La douceur de tes cheveux me donne envie d’y passer mes mains sans jamais m’arrêter. Je sens la fragilité de mon être face à tant d’arrogance. Oui de l’arrogance… Comment peut-on paraitre aussi sûr de soi ! Cela m’est insupportable. Comment fais-tu ? Il y a tant de pans de moi que je n’aime pas… Arrogante de toute cette féminité que tu assumes et acceptes. Arrogante de cette joie de vivre. Tu es belle et tu le sais, je le sens et je le vois. Les hommes ont dû te le dire maintes et maintes de fois. Serais-je le énième à te le dire ? Ai-je envie de te le dire ? As-tu seulement envie de l’entendre ?

Tu es le miroir de ce que je n’accepte pas en moi

La lumière d’une telle confiance en toi éblouie l’ombre de mon coeur. J’ai mal de tout ce bonheur, c’est insupportable. J’évite soigneusement de tomber amoureux pour ne pas faire saigner mon petit coeur déjà bien tailladé. L’amour est pour moi commune plaie béante que je n’arrive pas à cicatriser. Je ne sais pas aimer, je ne veux plus aimer, je ne veux plus m’exposer. A chaque fois que je suis tombé amoureux, j’ai souffert. L’amour ne dure pas alors à quoi bon ouvrir son coeur sinon pour souffrir.

Tu éblouies par ta simple présence. A tes côtés je me sens petit, triste, sans saveur. J’ai peur que tu ne me trouves pas aussi drôle que toi. J’ai peur que si je te montre mon amour tu m’envahisses ou voire pire que tu me trahisses ou me rejettes à un moment ou un autre. Si je te donne mon coeur je ne serai plus libre. Amour rime avec Prison. Je serai emprisonné, piégé dans la toile que tu auras tissé pour nous. Je ne veux pas de cet amour étouffant. Je manque d’air, j’étouffe, je suffoque. Je l’ai vécu et je ne veux plus revivre ça. Alors, ma douce et tendre, je prends de la distance pour me donner l’illusion d’être libre.

Le graal est en haut de la montagne

Pour te courtiser et être à ma place à côté de toi, je dois d’abord affronter mes démons qui m’empêchent d’être libre, qui m’empêchent d’aimer, qui m’empêchent de t’aimer… qui m’empêchent de m’aimer ! Je dois, une par une, panser ces blessures qui me font tant souffrir et m’empêchent d’être l’homme que je veux être, m’empêche d’être roi à côté de ma reine. Je vais gravir cette montagne seul pour arriver jusqu’à toi et vivre ensemble dans notre éden dans cette vie ou dans l’éternité.